samedi 22 juillet 2017

Ma sélection fin de soldes.

Bonjour à tous, aujourd'hui petit article différent des autres. Ces dernières semaines, étant toujours en convalescence, je passe une bonne partie de mon temps sur les sites internet de prêt à porter. Et en cette période de soldes, j'ai décidé de vous faire part de mes petits articles chouchous à petits prix. 

Nous songeons beaucoup à notre futur décoration également puisque nous avons décidé de nous installer définitivement en Belgique. J'ai donc également fait une sélection décoration. Il vous suffit de cliquer sur chaque description pour retrouver les articles et les prix de chacun. Et vous, quelles sont vos wishlist soldes? 

Prêt à Porter 

                                            Chaussures Zara                                          Maillot Pull and Bear                                           Short Shein


                                                Blouson Zara                                                 T-shirt Ellesse UO                                              Jeans ASOS


                                                    Robe Shein                                                 Manteau Mango                                               Sandales Shein



                                      Haut Moschino Zalando                          Legging Tommy Zalando                                   Brassière Zalando 


Bijoux

                                                    Collier UO                                               Bracelet initiale UO                                         Chouchou Topshop


                                               Bracelet Asos                                            Montre Cluse Asos                                             Bracelet Asos 


Décoration


                                                Panier H&M                                           Canapé Maison du monde                             Meuble Maison du monde



                                           Etagère Laredoute                                        Buffet Laredoute                                       Cagettes Laredoute 

dimanche 9 juillet 2017

Gaufres gourmandes pour un petit déjeuner sans culpabilité.


Bonjour tout le monde, l'été est bel et bien là et on essaye tous de faire attention à notre alimentation afin de se sentir bien dans son corps pour les vacances. Mais nous sommes tous de grands gourmands dans l'âme. Moi la première. C'est pourquoi j'ai décidé aujourd'hui de vous proposer des gaufres gourmandes pour vos petits déjeuner, ici je les ai faites natures mais il vous est possible d'ajouter une banane, des noix, amandes dans la pâte.

Ce qui est génial avec ces gaufres c'est l'apport nutritionnel. Composés de bons aliments vous pourrez les déguster sans aucune culpabilité et vous avez même l'occasion de les garnir de fraises ou autres fruits juteux. Voici sans plus attendre la recette ultra rapide:

Ingrédients pour deux gaufres:

120gr de flocons d'avoine
140ml de lait
1 cuillère à café de miel
1 gros oeuf entier
Une pincée de cannelle ou extrait de vanille selon vos goûts
Huile de coco pour le gaufrier



Préparation:

Mixez les flocons d'avoine afin que vous obteniez une sorte de poudre fine. Une fois cela fait, ajouter le lait, le miel, l'oeuf et la cannelle dans le blender et mixez le tout ensemble. (Si vous désirez mettre de la banane dans la préparation, mixez la avec le reste des ingrédients, si la pâte est vraiment trop épaisse, ajoutez du lait).

Une fois la préparation homogène, huilez votre gaufrier et laissez le chauffer un peu. Une fois l'appareil chaud, versez la préparation et faites chauffer pour 5 minutes plus ou moins (tout dépend de votre gaufrier).

Une fois cuites, vous pouvez agrémenter ces jolies gaufres avec des morceaux de bananes, saupoudrer de cannelle ou de miel. Bon appétit et à bientôt!

dimanche 2 juillet 2017

Je vous emmène à Porto.

Début de cette année nous sommes partis une semaine au Portugal, direction Porto. Nous sommes partis fin février et nous avons eu la chance d'avoir une semaine très ensoleillée. 
Nous étions déjà allé au Portugal il y a deux ans, à Lisbonne, j'avais beaucoup aimé l'ambiance de ce pays, la sympathie des gens. Tout est prospère à faire de belles photos là bas, autant à Lisbonne qu'à Porto. 
Si vous envisagez aussi de vous envoler vers Porto, cet article pourra certainement vous plaire. Je vais vous parler ici du budget, de l'aspect pratique pour se déplacer une fois sur place et comment se rendre à partir de l'aéroport dans la ville. 
Nous avons réservé notre billet via Ryanair, qui reste une bonne compagnie niveau prix. Ce qui nous a coûté 85€ par personne aller-retour au départ de Charleroi. Pour nous loger nous avons fait le choix de privilégier un appartement, ce qui nous permettait de cuisiner et d'avoir un bel espace avec balcon. Nous avons choisi l'établissement "Serviced Apartments Boavista Palace" trouvé sur Booking.com, l'appartement que nous avons eu était absolument charmant. Très bien décoré, spacieux et très propre. Le personnel à l'accueil est très sympathique et aidant! 
Nous avons même eu un accès à une petite salle de sport (ne vous attendez pas à une grande salle remplie. Mais un tapis de course ainsi qu'un vélo d'appartement sont mis à disposition. Un banc de musculation avec des haltères sont aussi compris dans la salle). C'est un plus qui fait toujours plaisir pour les amateurs de fitness. Surtout lorsque l'on est dans un pays où on mange bien pour pas cher, le sport peut être un allié (lol). Cela nous a coûté 54€ la nuit pour deux. Ce qui est plus que raisonnable pour le logement que nous avions et la location. 
Cependant, il est possible de se loger pour moins cher, je conseille le site Booking qui reprend un vaste choix et pour tous les budgets. 
Une fois arrivés, nous avons opté pour le métro afin de nous rendre à l'appartement, beaucoup de panneaux indiquent l'endroit où se rendre. Vous devrez prendre un ticket à la machine située à l'entrée du quai, cela vous coûtera 1,10€ si mes souvenirs sont bons. Voici un site qui vous donnera de plus amples informations concernant le métro et les endroits couverts par celui-ci.











Une fois installés dans notre appartement, nous avons décidés de partir dans le centre de Porto. Pour ce faire nous avons décidé de marcher plutôt que de prendre le tram. La distance à partir de l'établissement Boavista n'est pas très longue. Comptez 20 minutes pour vous rendre au bord du Douro. Nous avons pris le temps de nous asseoir face au Douro, de contempler le passages des bateaux, le mythique pont Luis I. De nombreux restaurants vous permettent de prendre un verre au bord de l'eau (vous devrez mettre le prix pour avoir cette belle vue). Nous avons plutôt opté pour de petits restaurants dans la ville, vous en aurez pour votre argent et c'est beaucoup plus typique. 

Nous avons eu un accès gratuit à une des nombreuses caves de Porto situées de l'autre côté de l'eau, à Vila Nova de Gaia, grâce à notre réservation à l'établissemnt Boavista. Nous avons simplement parlé de visiter une cave à Porto au charmant monsieur de l'accueil et celui-ci nous a gentiment donné la carte de la cave Churchill. Une fois sur place, nous avons dit où nous logions, cela nous a permis de ne pas payer la visite. Et nous avons même pu déguster les différents Porto. Cette visite fut vraiment sympa et nous avons même eu la chance d'avoir une personne qui parlait le Français pour nous faire la visite.




Ayant du beau temps, nous avons aussi décidé de nous rendre au phare de Porto, à pieds de nouveau, ce qui nous a permis de faire une belle balade au bord de l'eau. Ce fut très agréable! 
Une fois arrivés sur place, vous pouvez distinguer deux phares différents. Ce qui rend ce lieu encore plus unique. 
Il y avait un énorme vent et l'eau était déchainée. Nous avons eu droit à une petite douche en nous rendant à la pointe du phare. Mais ça en valait la peine car nous avons pu faire de chouettes photos et nous poser là bas au calme tous les deux, ça n'a pas de prix. Nous avons passé un des meilleurs moments là bas. 

De nous rendre la bas nous a permis de nous éloigner un peu du centre et de découvrir d'autres endroits. Pour un côté plus typique, vous avez la possibilité de prendre le Tram, ça reste représentatif du Portugal!! Personnellement nous adorons marcher donc nous avons pris la décision de ne pas prendre le tram pour retourner au centre.





Nous avons aussi fait une journée "shopping", nous avons décidé pour ce faire de nous rendre dans plusieurs galeries commerçantes; Norte Shopping fut le plus grand et plus beau centre commercial de Porto. Situé à quelques stations de métro de notre logement, ça ne coûte pas grand chose de vous y rendre. Si vous décidez de rester dans le métro jusqu'au terminus, cela vous permettra de découvrir le stade de Porto. Juste à côté se trouve également un autre centre commercial; Alameda Shopping.
Sinon la rue commerçante de Porto est la rue Catarina. Vous y retrouverez un tas de boutique connues ainsi que des petits magasins propres au Portugal.




Nous nous sommes écartés de Porto à deux reprises, pour ce faire nous avons pris le train. Si vous désirez vous aussi prendre le train au départ de Porto, rendez-vous à la gare et prenez un ticket aux guichets adéquats. Certains employés parlent même le français. Le coût n'est pas trop élevé pour la distance parcourue. 
Un jour nous avons jeté notre dévolu sur la ville d'Aveiro (appelée la petite Venise). Vous découvrirez pourquoi en vous y rendant! Nous avons été charmés par cette petite ville. Le centre de la ville n'est pas trop éloigné de la gare, ce qui vous permet de tout faire à pieds. 
Par contre petit bémol concernant la nourriture là bas, tout est tellement touristique qu'il est difficile de trouver un bon restaurant typique ayant de la place (et pourtant nous n'étions même pas en saison). Vous risquez de ne trouver que des attrapes-touristes qui vous coûteront un pont pour pas grand chose!




Un autre jour nous sommes partis vers Guimaraes, ce jour là il faisait malheureusement un peu plus gris là bas. Cependant nous avons pu profiter d'une belle balade dans la ville. Vous découvrirez une magnifique église: Igreja de Nossa Senhora da Consolação e Santos Passos. En vous éloignant un peu, lorsque vous vous retournerez pour la regarder de nouveau, vous verrez une belle prise de vue pour vos photos grâce à l'entretien du petit "jardinet" faisant face à l'église. 

Si vous n'avez jamais goûté les Pasteis De Nata, je vous conseille vivement de le faire là bas. C'est une petite pâtisserie Portugaise. C'est un pure délice, surtout lorsqu'ils sont encore un peu chauds! Ne partez pas non plus sans avoir mangé la savoureuse croquette de Morue! Même si vous n'êtes pas amateurs de poissons, vous vous devez de goûter cette spécialité! C'est gourmand et succulent!



J'espère que cet article vous aura plu et vous aura donné envie de découvrir Porto ou au moins le Portugal! Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter via mail ou à laisser un commentaire. A bientôt pour de nouvelles aventures gourmandes.

mercredi 28 juin 2017

Gnocchi de pomme de terre maison, sauce gorgonzola et noix.


Comme déjà dit dans un ancien article, j'adore la cuisine italienne. J'affectionne tout particulièrement toutes sortes de pâtes. C'est donc avec envie que j'ai tenté une recette de gnocchi de pomme de terre. J'ai réalisé l’entièreté de leur confection. Je les ai accompagnés d'une sauce crème gorgonzola et noix. Je vous dévoile sans plus tarder la recette complète. 

Ingrédients pour environs 50 gnocchi:

400gr de pommes de terre Nicolas 
125gr de farine (j'ai utilisé de la T65)
1 cuillère à café de sel 
1 jaune d'oeuf 


Préparation pour les gnocchi:

Faites cuire les pommes de terre avec la peau dans une casserole remplie d'eau pendant environs 30 minutes (à vérifier dépendant de la variété que vous aurez choisie). Une fois cuites, videz l'eau et réservez les pommes de terre 5-10 minutes afin de les laisser un petit peu refroidir car vous allez devoir les éplucher. 
Une fois cette étape faite, écrasez les pommes de terre afin de les réduire en une sorte de purée (pour ma part, je les ai écrasées à l'aide du dos d'une fourchette). 
Dans un saladier, versez la purée, le sel, la farine ainsi que le jaune d'oeuf et pétrissez à la main jusqu'à obtention d'une boule homogène. Il est possible que vous deviez rajouter un peu de farine si la préparation est trop collante. 

Nous voici maintenant arrivés à l'étape du façonnage. Coupez votre boule de pâte en 4 morceaux égaux.  Mettez de la farine sur votre surface de travail et roulez en boudin un premier morceaux de pâte. Celui-ci peut être très long. Si vous désirez de gros gnocchi, préférez faire un gros et court boudin, si vous désirez des gnocchi de petite taille, faites-le plutôt long et fin. 
Coupez ensuite le boudin en petits morceaux de même taille (plus ou moins 3cm de long). 
Avec ces petits morceaux, faites une boule à l'aide de la paume de votre main. 



Maintenant voici l'étape la plus "difficile", celle qui va donner la forme de gnocchi à nos petites boules de pâte. 
Prenez une fourchette que vous poserez dents face à la table, prenez une boule de pâte et faites-là rouler sur le dos de la fourchette afin de créer des petites lignes sur le gnocchi. Poussez un peu à l'aide de votre pouce sur la boule de pâte lorsque vous la faite rouler sur la fourchette afin que la forme s’aplatisse un peu et ne reste pas une boule toute ronde. La forme doit plutôt être "ovale". Voir sur les photos pour la forme à avoir. 

Une fois que vous avez fini de faire cela avec tous les morceaux de votre boudin. Faites exactement les mêmes étapes avec le reste de pâte. Vous aurez donc au total à former 4 boudins de pâte. 

Pour la cuisson des gnocchi, rien de plus facile, faites bouillir une casserole d'eau salée et y plonger les gnocchi, lorsqu'ils remontent à la surface, cela signifie qu'ils sont cuits. 
Je vais vous donner maintenant la recette de ma crème gorgonzola et noix qui accompagneront à merveille vos gnocchis. 



Ingrédients pour la sauce:

200gr de gorgonzola doux 
600ml de crème liquide 
1 poignée de parmesan 
1 poignée de gruyère
150gr de noix 
Sel
Poivre 
Noix de muscade 

Préparation:

Versez la crème liquide dans une petite casserole, faites-la chauffer un peu, incorporez-y ensuite 150gr de gorgonzola et faites-le fondre. Une fois fondu, ajoutez le parmesan au mélange. Assaisonnez le tout de sel, poivre et ajoutez un peu de noix de muscade. Et en dernier lieu, versez les noix. Laissez chauffer encore un peu puis réservez. 



Mélangez la crème avec les gnocchi (vous pouvez très bien déguster comme cela, mais moi j'aime gratiner un peu le tout pour un côté encore plus gourmand). Pour ce faire, versez les gnocchi crémeux dans un plat à gratin et émiettez le reste de gorgonzola sur le dessus et parsemez le gruyère également. 
Mettez le tout au four le temps que le fromage forme une petite croûte et dégustez-les. Faites attention à ne pas vous brûler :P. 

On ne comptera pas les calories pour cette préparation haha! 

jeudi 22 juin 2017

Bali: Quand le rêve a viré au cauchemar.


Aujourd'hui, après plusieurs hésitations, j'ai décidé de vous expliquer pourquoi aujourd'hui, nous sommes de retour en Belgique. 
Comme beaucoup le savent, nous étions repartis en Mars pour deux mois et demi de vacances avant de s'envoler vers la Nouvelle Zélande pour une année. Malheureusement, tout ne s'est pas passé comme nous le voulions. Tout était pourtant réservé et certain. 
Nous avons atterri au Népal mi Mars, où nous sommes restés un mois, nous y avons fait le tour des Annapurnas (Un article est prévu bientôt pour vous raconter notre périple là bas). Et mi-avril nous sommes allés en Indonésie. Nous avons commencé par l'île de Java, partis de Jakarta, nous avons traversé l'île pour finir par prendre le bateau direction Bali. (Je ne m’épanche pas trop sur toutes nos étapes car je compte rédiger plusieurs articles concernant ce voyage car il y a énormément d'endroits dont je veux vous parler). 
Nous avons pu profiter de quelques jours de relaxation avant de devoir faire les démarches pour prolonger la validité de notre visa auprès d'un des bureaux de l'immigration. Pour ce faire nous avons décidé de louer un scooter car ce mode de transport est largement moins cher comparé aux bus locaux car étant touristes, ils en profitent pour nous faire payer plus du double de ce que payent les balinais. Surtout qu'une location de scooter vous permet de vous déplacer plus loin et toute la journée! (La location de scooter vous coûte moins cher qu'un aller-retour pour deux jusqu'au bureau de l'immigration, voyageant beaucoup, il n'y a pas de petites économies dans ces cas-là. Enfin, c'est ce que nous nous disions...).



Le trajet pour nous rendre à l'immigration prenait plus ou moins 1h30-2h, le trajet se passait bien.. Jusqu'à ce qu'un énorme trou dans la chaussée nous fasse perdre le contrôle du deux roues et nous projette au sol. Il nous restait à peine 2km de route. Mais ce trou.. On pourrait même l'appeler un fossé... Etait-ce le destin, ou la faute à pas de chance.. Sur le moment, les blessures étaient plutôt physique, nos bras étaient à vif causé par le frottement sur l'asphalte. Directement, des balinais sont venus nous aider à nous relever et à ramasser le scooter. Une adorable dame est venue nous soigner pour éviter les infections. Nous n'avons aucun des deux perdu connaissance, mais il m'était impossible de voir durant 2 minutes juste après la chute. Tout ce que je voyais c'était une sorte de lumière blanche. Je pouvais entendre mais pas voir. 
Après ces deux minutes, j'ai pu reprendre mes esprits et nous avons décidé de nous rendre malgré cet accident à l'immigration car l’extension de notre visa était très importante et nous ne pouvions nous y rendre un autre jour. Surtout que nous y étions presque. 

Une fois le problème du visa réglé, nous sommes retournés à l'endroit où nous avions fait l'accident afin de demander de l'aide pour les petites réparations nécessaires sur le scooter. C'est en attendant les réparations que nous avons été témoin du même accident que le nôtre. Ce fichu trou dans la chaussé à de nouveau fait des dégâts. Une femme seule, touchée au visage. Le choc fut terrible et voir ce que nous venions de vivre.. C'était juste horrible. 
Malgré tout nous avons décidé de reprendre la route en sens inverse afin de rendre le scooter là où nous l'avions loué. Et nous nous sentions plutôt chanceux de n'avoir que des blessures superficielles. (C'est ce que nous pensions..).



Le soir même, j'ai subi un petit mal de tête pas trop important, un anti-douleur et cela allait mieux. Je n’imaginais pas que c'était le début d'un long cauchemar. Le lendemain, les maux de têtes se sont amplifiés dès le matin, une douleur atroce que je n'avais encore jamais connue. Ils ont été accompagnés par des vomissements. Sur le moment, vous me penserez peut-être bête, mais j'ai pensé à une insolation car ayant la peau fragile, cela n'aurait pas été surprenant puisque nous avions passé plus de 2 heures le jour avant sous un soleil de plomb pour rentrer. 
C'est après avoir passé l’entièreté de la journée ainsi que de la nuit à remettre jusqu'à l'eau que je buvais et donc les médicaments que j'essayais de prendre, que j'ai décidé de voir un médecin ou d'aller aux urgences. 
Ce dernier nous a vivement conseillé de nous rendre aux urgences. Ce que nous avons donc fait. Arrivés là bas, cet hôpital était plutôt une sorte de dispensaire, que je ne conseillerai à personne, on ne s'occupe pas beaucoup de vous et le prix est excessif! Ils m'ont fait un scanner basique et nous explique en anglais qu'il y a du sang dans le cerveau, nous parlant d'hématome. Son air grave ne nous rassurait pas. N'ayant pas de service neurologique dans cet "hôpital", elle nous recommande de nous rendre dans un autre hôpital à Denpasar afin d'avoir les soins nécessaires. Je n'avais toujours pas pu avoir d'anti-douleur, je restais donc avec une souffrance intense. 
Le coût pour le scanner et le transport en ambulance jusqu'au deuxième hôpital s'élevait à 400 euros. 

Arrivés à l'hôpital suggéré, nous avons eu une mauvaise surprise car ils réclamaient le coût de la prise en charge et de la première nuit d'hospitalisation pour me soigner, malheureusement après avoir payé le premier hôpital ainsi qu'ayant déjà usé de l'argent pour notre voyage, le plafond de la carte était atteint et il nous était impossible de donner la somme demandée (1700 euros). Mais il s'avère qu'à Bali, ils ne vous feront rien tant que vous n'avez pas donné la somme d'argent, ayant un décalage horaire, mon compagnon n'arrivait pas à joindre nos familles afin de trouver une solution pour nous aider. J'ai du rester plus de 5h dans cet état, sans aucune prise en charge, sans un seul anti douleur. 
Après avoir remué ciel et terre mon compagnon est parvenu à contacter quelqu'un qui a fait le nécessaire de Belgique pour qu'ils perçoivent la somme d'argent (sachez que j'ai une assurance assez importante pour l'hospitalisation en Belgique, qui marchait en Indonésie, mais ils ne voulaient pas prendre ma carte d'assurance sur place lorsque je suis arrivée!!).
Dès qu'ils ont recu leur argent, ils ont daigné s'occuper de moi, refait le même scanner qui avait déjà été fait de l'autre côté. Le diagnostic était le même. 



Ils m'ont perfusée du vendredi soir au lundi matin. Je n'ai eu que cela comme traitement, il était difficile de savoir exactement ce qu'ils m'administraient. Mais nous n'avions d'autres choix que de leur faire confiance et croire ce qu'ils nous disaient. Le samedi soir j'ai été victime d'une paralysie du côté droit du corps, jambes, bras qui se crispe et ne bouge plus, durant 20 minutes. Mais selon le personnel, cela est normal car j'étais restée couchée depuis un trop long moment. 
Le lundi matin ils me débranchaient et estimaient que j'étais apte à quitter l'hôpital. En me disant qu'il était normal que je continue à avoir excessivement mal à la tête et des vomissements. 
Nous n'avons bien sûr pas quitté l'hôpital sous conseil de ma famille ainsi que de l'assurance car nous attendions un rapatriement de leur part et il était impératif que nous restions là bas. 

Après rapatriement très compliqué (vomissements dans l'avion, longue attente, maux de tête horribles continus), nous sommes rentrés en Belgique le 22 Mai, dès notre arrivée, nous avons pris la décision de retourner dans un hôpital de la région afin de nous assurer que tout allait mieux. 
C'est là que le neurologue m'annonce que j'ai une thrombophlébite cérébrale ainsi qu'un oedeme à l’œil gauche. Que cela est très grave et que je suis obligée de rester à l'hôpital. Vous ne pouvez imaginer ce qu'il se passe dans ma tête à ce moment là (sans mauvais jeu de mots). Vous vous dites que le cauchemar est terminé, et on vous met un coup de massue...
Je suis restée hospitalisée jusqu'au 31 mai. Actuellement, j'ai toujours des caillots de sang au niveau du cerveau. Je suis obligée de suivre un traitement assez lourd afin de tenter de les résorber. 

Il est difficile de réaliser tout ce qu'il s'est passé. Difficile de renoncer à tout nos projets, nous savons que nous n'aurons probablement pas l'occasion de repartir en Nouvelle Zelande avec le WHV en raisons des conditions d'octroi. Mais je suis chanceuse d'être là à vous écrire aujourd'hui.
J'ai appris hier que la thrombophlébite que l'on m'a décelée ici en Belgique, je l'avais en réalité déjà à mon arrivée dans l'hôpital de Bali Denpasar, ils l'ont décelée mais n'ont pas jugé bon de me faire suivre le traitement adéquat et surtout m'ont laissée reprendre 3 avions différents pour rentrer. 
J'ai aussi appris que j'avais en réalité fait une thrombose, liée à la chute en scooter, lorsque la partie droite de mon corps s'est paralysée, ce n'était pas un état de fatigue liée à la position. Mais une thrombose. Le plus dur pour moi à aussi été de voir mon compagnon dans une détresse profonde en me voyant dans cet état et ne pouvant rien faire. Je tiens à le remercier une énième fois. Et à lui rappeler à quel point je l'aime. 

Je finirais par vous conseiller, vraiment, d'éviter les scooters dans ces pays là. Je suis l'exemple type que tout peut arriver et même si les risques de chutes sont parfois "minimes", sachez qu'il reste là et regardez où cela peut mener. Il n'y a pas de petites économies, c'est ce qu'on disait, et au final tout nous aura coûté plus cher que de prendre un bus local. 

vendredi 16 juin 2017

Vivre une année en Australie part II.


Il y a quelques jours, je vous dévoilais les démarches à suivre pour obtenir un working holiday visa permettant de vivre une année en Australie, mais surtout d'y travailler. 
Aujourd'hui, je vais vous parler des étapes à suivre une fois le visa obtenu, avant d'arriver sur place et une fois arrivé afin de ne pas perdre de temps à comprendre comment ça marche là bas. 
A mon sens, le plus important est de trouver un logement. Plusieurs solutions s'offrent à vous dépendant votre budget mais également si vous partez seul, en couple ou avec des amis. 
Etant en couple, nous préférions trouver un logement en colocation plutôt que de vivre en hôtel Backpacker. Nous avons donc fait des démarches avant même d'arriver en Australie. Il existe un site internet très bien fait qui reprend les logements disponibles. 
Ce que je vous conseille de faire, c'est de jeter un œil sur le site internet et de repérer les logements qui vous plaisent, peut-être déjà contacter le propriétaire 2-3 jours précédents votre arrivée en Australie afin de demander un rendez-vous pour visiter le lieu pour ne pas perdre trop de temps une fois sur place à trouver un logement. Car cela est difficile de se focaliser sur autre chose quand on ne sait déjà pas où on logera, surtout si on compte rester dans la ville plusieurs mois. 
Malheureusement en Australie, le coût pour les logements sont très élevés. Ils se payent à la semaine et vous devez compter pour un couple, dans les 350$ plus ou moins/semaine, et cela pour devoir partager la plupart du logement avec d'autres personnes, parfois même la salle de bain. 

Ce que nous vous conseillons par rapport à notre propre expérience, c'est de ne pas prendre un logement où vit plus de 2 couples car c'est difficile de supporter la vie de chacun. Pensez que quand vous travaillerez, devoir supporter des personnes qui ne sont pas toutes forcément respectueuses, c'est très très compliquer. Après une première expérience horrible au niveau colocataires, nous avons eu la chance de trouver un appartement super, dans un quartier calme, à proximité de tous les transports en commun, à partager avec un seul couple et nous avions notre propre salle de bain. Il comportait même une piscine et salle de sport à disposition dans le building. Cela nous a permis de nous sentir vraiment "chez nous" et après de longues journées de travail nous étions contents de retrouver notre appartement au calme. 


Si vous préférez, vous pouvez décider de séjourner dans un hostel, appelé Backpacker, cela vous reviendra moins cher mais les conditions de vies ne sont pas terribles. Ça reste une vie "à l'aventure", nous n'avons rien contre cela, mais pour nous, cela est plus pour les personnes qui décident de profiter du pays pour y voyager et non pour y travailler. Mais cela reste un avis personnel. 

Beaucoup d'entre vous doivent connaître. Mais il existe un site internet destinés aux voyageurs cherchant un endroit où dormir mais surtout désirant faire de belles rencontres gratuitement. Le couchsurfing fonctionne dans le "monde entier", le concept: des habitants proposent à des voyageurs de les héberger pour un ou plusieurs jours gratuitement. Que gagnent-ils? Une richesse culturelle. Ces personnes sont heureux d'accueillir des personnes du monte entier afin de connaître leur culture, de pouvoir leurs poser des questions sur leur pays. 
J'aime beaucoup le concept car il permet de rencontrer de nouvelles personnes, mais surtout de pouvoir en savoir plus sur le pays que vous visitez. Dans des pays comme l'Australie, cela peut être un gros plus car les habitants peuvent aussi vous aider directement à trouver un logement, à vous aider dans vos démarcher pour un job etc. En résumé, je vous le recommande grandement. 

Une fois le logement trouvé, ou même pendant, vous aurez impérativement besoin d'un numéro de téléphone Australien afin de pouvoir contacter des futurs employeurs ou tout simplement pour être joignable sur place, c'est toujours plus facile que de devoir trouver une connexion internet pour discuter avec vos amis sur place. 
Nous sommes allés chez Virgin Mobile et nous n'avons eu aucun problème, les factures ont toujours été exactes et n'avons jamais eu à payer plus que prévu. (Il est possible que l'on vous demande d'attendre quelques jours avant de pouvoir obtenir une carte SIM, de notre côté nous devions attendre 5 jours après notre arrivée pour l'avoir).



Après le numéro de téléphone, le plus important, est de créer un compte en banque Australien, plusieurs banques s'offrent à vous également mais nous avons opté pour la CommonWealth. Il faut savoir que vous avez besoin d'un Tax File Number pour travailler en Australie, pour l'avoir vous devez en faire la demande par internet, juste ici, une fois la demande envoyée, il vous faudra plusieurs jours avant de recevoir votre numéro, celui-ci sera envoyé par courrier postal, notez donc bien une adresse où il est possible pour vous de recevoir votre courrier, si vous n'avez pas encore de logement lors de votre demande (demandez à votre hôtel, ou à votre hôte si vous êtes chez quelqu'un si vous pouvez indiquer son adresse). Vous devrez conserver ce numéro très précieusement et le donner à la banque car ils en auront besoin. 

Côté travail, en Australie, il est beaucoup, beaucoup plus facile de trouver un job qu'en Belgique ou même en France. Le mieux est de se présenter dans un tas d'établissements munis d'un CV (sans photo, car là bas ils ne jugent pas sur le physique mais sur les capacités donc de mettre une photo peut être rédhibitoire pour certains employeurs car prétentieux) et de vous présenter directement en expliquant que vous êtes là pour au moins 6 mois, que vous possédez le WHV et que vous cherchez activement un travail. Vous pouvez également préciser d'où vous venez lors de votre brève présentation. 
En plus de vous présenter directement, il existe deux sites différents qui peuvent vous aider à savoir directement quels établissements sont à la recherche de personnel. Seek étant un site plus "professionnel", Gumtree reprend l'entiereté des annonces, vous pourrez autant y retrouver des annonces de baby sitter comme des annonces de manager commercial. 


Nous avons très vite trouvé du travail, je suis restée au même endroit du début à la fin. J'ai commencé par un mi-temps pour finir superviseur. En Australie, que vous veniez de là bas ou que vous soyez étrangers, ils ne vont pas vous défavoriser. Tant que vous prouvez vos capacités et que vous faites du bon job, ils vous récompenseront toujours. 
Les milieux où il est plus simple de trouver reste dans l'horeca. Ne vous mettez pas de barrière en vous focalisant uniquement sur ce que vous avez toujours fait, en pensant que vous ne savez rien faire d'autre. Faites vous confiance et osez la nouveauté! Après tout, si on part à l'autre bout du monde c'est pour vivre de nouvelles choses. 
Ce qu'il faut savoir concernant le travail en Australie, c'est que légalement, avec le WHV vous ne pouvez pas travailler plus de six mois au même endroit. Mais si vous faites du bon travail, votre patron ne voudra pas vous laisser partir, donc si il peut trouver une solution pour contourner le problème, il le fera. Cela a été le cas pour moi et cela m'a permis de garder ma place. 

A savoir que nous sommes partis à Sydney, je sais que d'une ville à l'autre, les choses peuvent être différentes mais je pense que dans la base, cela reste similaire. 

A Sydney, les principaux transports en commun sont les trains, les bus et les ferrys. Sachez que pour ces trois transports différents, vous avez une carte appelée Opal Card, que vous pouvez acheter dans une librairie, cette carte est a conserver et à recharger autant de fois que vous le souhaitez. Lorsque vous prenez le train, par exemple, vous devez "scannez" la carte sur un appareil adéquat qui vous indiquera la somme que vous avez sur la carte, et à la fin de votre trajet, en descendant du train, vous devez rescanner la carte à l'appareil qui se trouvera à la sortie, cela vous indiquera combien a coûté le trajet. Et cela est valable autant pour le train, le bus, que le ferry. 


Voilà les plus gros points rassemblez dans cet article pour vous aider au mieux à votre arrivée en Australie. Si vous avez d'autres questions concernant ces points-ci ou si vous désirez d'autres informations sur des choses dont je n'ai pas parlé, n'hésitez pas à me contacter en laissant un commentaire ou via le formulaire de contact situé à droite. 

J'espère que cet article pourra vous être utile. A bientôt. 

PS: Si vous descendez tout en bas de mon blog, vous retrouverez une musique que je choisis spécifiquement pour chaque article que j'écris. Je vous recommande de l'écouter en lisant chaque nouvel article
.