dimanche 17 septembre 2017

Brownies allégés et protéinés au chocolat et noix.

Bonjour à tous! Le dimanche j'aime changer de ma routine petit déjeuner et être plus gourmande. Néanmoins, gourmandise ne signifie pas nécessairement gras. Aujourd'hui je vous propose une recette saine et plus que facile à réaliser. Tout le monde aime les brownies (ou presque), au chocolat c'est encore mieux. Voici donc sans plus tarder ma recette des brownies au chocolat et noix allégés en sucres: 

Ingrédients pour 2 petits déjeuners:

30gr de flocons d'avoine 
1 oeufs 
70gr de compote de pommes allégée en sucre
1 dose (20gr) de whey chocolat (ici chocolat brownies de chez Myprotein)
60ml d'eau 
20gr de chocolat noir 80%
6 Cerneaux de noix
Facultatif 1 cuillère à café de miel 


Préparation:

Préchauffez votre four à 180°C.
Dans un premier temps, mixez dans votre blender les flocons d'avoine en fine poudre, rajoutez dans le bol du robot la whey chocolat, l’œuf, la compote de pomme ainsi que l'eau et mixez le tout ensemble. Faites fondre le chocolat et l'ajouter à la préparation. Hachez les cerneaux de noix et incorporez les à votre préparation au chocolat. 
Garnissez un plat allant au four, de papier sulfurisé et versez-y votre préparation. Enfournez pour 25 minutes (vérifiez selon votre four!). Le brownies est cuit lorsque vous piquez un couteau dedans et qu'il ressort juste humide. 
Si vous ne voulez pas mettre de Whey, il vous est possible de la remplacer par une cuillère à soupe de cacao cru. 

Bon déjeuner à tous et surtout... Restez gourmands sans vous culpabiliser :D!

samedi 9 septembre 2017

Tarte tatin et glace vanille aux éclats de caramel.


Bonjour tout le monde, je reviens aujourd'hui avec une double recette. Un dessert 2 en 1 avec ma tarte tatin et sa boule de glace maison à la vanille et aux éclats de caramel. 
Pour être honnête, cette glace est une totale improvisation. Je devais faire autre chose de mon caramel à la base mais ayant raté la recette que je désirais réaliser, je me suis retrouvée avec du caramel qui avait durcit. D'où l'idée de l'utiliser dans ma recette de glace à la vanille. Ma tarte tatin n'est visuellement pas la meilleure que j'ai réalisée mais au niveau goût elle est top. Voici sans plus tarder la marche à suivre pour la réaliser. 

La tarte tatin:

Ingrédients pour la pâte brisée:

200gr de farine 
100gr de beurre mou
50ml d'eau 
Une pincée de sel 

Pour la garniture:

8 belles pommes (rouges de préférence)
300ml d'eau 
300gr de beurre 
470gr de sucre en poudre

Préparation:

Dans un saladier, versez la farine ainsi que la pincée de sel, incorporez-y le beurre mou coupé en petits dés et mélanger du bout des doigts. Cela doit ressembler à une sorte de sable. Ajoutez ensuite la moitié de l'eau et mélangez de nouveau. Incorporez le reste de l'eau et mélangez de manière à obtenir une boule homogène. 
A l'aide d'un rouleau à pâtisserie, étalez la pâte et faites lui prendre une forme rectangulaire. Filmez et mettez la pâte au réfrigérateur durant 30 minutes plus ou moins. 

Préchauffez votre four à 180°C. 
Durant ce temps, épluchez vos pommes et coupez les en quartiers (bien enlever les pépins!). A côté faites chauffer dans une grande casserole votre beurre avec 300gr de sucre en poudre et l'eau. Lorsque tout est fondu, plongez vos quartiers de pommes et laissez les cuire jusqu'à ce que les pommes deviennent fondantes (elles ne doivent pas se laisser trop aller).  

Après cela, préparez votre caramel qui vous servira pour la garniture de la tarte tatin. Pour ce faire, faites chauffer à feu doux 170gr de sucre en poudre, vous devez le laisser suer, ne mélangez pas votre sucre, vous devez le laisser brunir tout seul. Lorsque vous obtenez votre caramel, versez le dans le fond de votre moule à tarte. Disposez par la suite vos quartiers de pommes sur le caramel. 
Couvrez les pommes de la pâte brisée préalablement étalée une fois les 30 minutes passées au frais. Recouvrez et coupez à la taille du moule et enfournez pour 40 minutes (dépendant de votre four. La pâte doit être cuite). 

Une fois cuite, sortez la tarte du four et bien laisser refroidir avant de démouler (si vous ne laissez pas refroidir, vous risquez de vous brûler avec le caramel qui peut couler lorsque vous retourner le moule). 


La glace vanille - caramel:

Ingrédients pour 1L de glace:

500ml de lait entier
5 jaunes d'oeufs
160gr de sucre cassonade 
1 gousse de vanille 
150gr de sucre en poudre
Quelques noisettes concassées

Préparation: 

Préparez une crème anglaise, pour ce faire, faites chauffer le lait dans une casserole et y incorporer les grains de la gousse de vanille ainsi que la gousse fendue en deux. Faites chauffer jusqu'à ébullition puis couvrez et coupez le feu. 
A l'aide de votre robot, blanchissez les jaunes d’œufs avec le sucre cassonade. Versez ensuite un petit peu de lait bouillant et mélangez bien. Reversez ensuite la préparation à base d’œufs dans la casserole de lait et faites chauffer de nouveau à feu doux. 
Mélangez à l'aide d'une cuillère en bois en formant un huit. Vous devez obtenir une crème épaisse. Elle est bonne lorsqu'elle nappe la cuillère! Ne surtout pas faire bouillir la crème anglaise. 
Retirez la gousse de vanille et mettre la préparation dans un bol pour la laisser refroidir durant 4h minimum (vous pouvez la mettre au frigo lorsque la température a baissé). 

Pendant que la crème refroidi, faites chauffer les 150gr de sucre en poudre et laissez le fondre pour devenir un caramel. Quand le caramel s'est formé, versez le dans un plat, saupoudrez de noisettes que vous aurez préalablement réduits en morceaux et laissez le refroidir et durcir. 

Après 4h, mettre votre crème anglaise dans la turbine de votre sorbetière et laissez prendre. Avant d'obtenir la consistance glacée, cassez votre caramel durci à l'aide d'un rouleau à pâtisserie afin d'obtenir de petits morceaux et les versez dans la sorbetière pendant qu'elle tourne encore. 
Placez la préparation dans un bac adéquat et faites prendre de nouveau une petite heure au congélateur. 
Dégustez ensuite votre tarte tatin avec une belle boule de glace. Si il vous reste encore des morceaux de caramel, vous pouvez les saupoudrez par dessus la boule de glace une fois que vous dressez. 

Bonne dégustation!


dimanche 3 septembre 2017

Notre trekking au Népal; Tour des Annapurnas Part II.

Aujourd'hui je vais vous parler du trek que nous avons fait au Népal, le tour des Annapurnas. Si vous avez raté l'article expliquant les démarches à suivre pour pouvoir faire ce trek, vous pouvez le retrouver ici.
Donc comme je le disais précédemment, la première étape est de se rendre à Besi sahar. De là je vous conseille d'y démarrer en matinée afin d'arriver à votre destination en début d'après midi et avoir le reste de la journée pour vous reposer et profiter un peu du village. 

Premier jour:

Pour ce premier jour, nous avons marché de Besi sahar jusqu'à Ngadi, comptez plus ou moins 5h-5h30 de marche, cette partie n'est pas très difficile, vous croiserez pas mal de véhicules qui roulent encore fréquemment sur cette partie du trek. A notre grande surprise, lorsque nous avons croisé pour la première fois des enfants de villages, ceux-ci nous proposaient de faire des photos d'eux.. Mais en échange d'argent. Nous avons trouvé cela dommage d'assister à une telle scène car cela enlève un peu la magie que l'on peut éprouver lorsque l'on commence une ascension telle que celle-ci et que l'on espére pouvoir établir un lien avec les habitants en partageant chacun nos cultures, mode de vie, etc... 
Une fois arrivés à Ngadi, nous trouvons facilement un lodge, contrairement à ce que nous avions pu lire sur plusieurs forums ou blog concernant le prix des chambres, nous avons été étonnés de l'augmentation assez nette des coûts! Vous payerez dans les 300 roupies (cela est un prix ridicule, j'en conviens, mais à noter qu'avant les coûts des chambres étaient nuls par le passé car ils offraient la nuit lorsque vous mangiez sur place). A savoir que vous payerez toujours beaucoup plus cher pour manger que pour dormir! Un simple Dhal Bat qui vous coûterait 200 roupies à Kathmandou vous coûtera en montagne, au début, 400 minimum, et cela, si vous êtes chanceux. 
Premier jour, nous nous couchons à 20h, le sommeil nous emporte assez rapidement compte tenu de la fatigue accumulée. 









Deuxième jour:

Nous nous réveillons à 7h, à peine le temps de se rincer, nous reprenons la route très rapidement, pas de petit déjeuner, nous avions achetés des fruits à Ngadi pour les manger sur la route, car commencer une journée de marche avec le ventre plein, ce n'est pas pour nous. 
Nous décidons de marcher jusqu'au village de Jagat. Cela nous prendra dans les 6h-6h30 de marche. A savoir que le chemin pour arriver à Buhundanda est un peu rude mais en 10 minutes vous en aurez fini avec ces montées compliquées. A Buhundanda, vous devrez donner votre TIMS ainsi que l'autre papier reçu, au garde qui se trouve à l'entrée du village, sur votre gauche. Ils noteront vos noms et vous rendront les documents, c'est un bon moyen de faire une petite pause, le village est en hauteur, vous pouvez faire de jolies photos. 
Arrivés vers 14h à Jagat, nous avons décidé de séjourner dans le troisième lodge situé sur la droite, proposant une petite terrasse aux jolies couleurs. Nous avons fait la connaissance du beau-fils du propriétaire, très sympathique avec qui nous avons beaucoup discuté. Malheureusement, fin de journée, il n'était plus là et nous avons eu le propriétaire, un homme d'une soixantaine d'années, pas sympathique du tout comparé à son gendre. Nous avons pris une soupe qui coûte relativement chère comparé au reste de la carte. Nous nous sommes rendus compte qu'en plus d'être chère, c'était tout bonement de la soupe en sachet type Royco... 
Nous pensons au reste du trekking et allons nous coucher tôt de nouveau.





Troisième jour:

De nouveau, réveil à 7h. Nous démarrons relativement tôt, le but étant de marcher jusqu'à Dahrepani. 
Le trajet pour atteindre ce village est plus intense que les deux premiers jours. Beaucoup de montées, de passages hardus. Par moments, un peu d'accrobaties. Le sac commence légèrement à peser pour la nuque et le dos, mais on tient le coup et on se dit à chaque village, qu'on est bientôt arrivés. Je pense que le soleil tapant n'a pas aidé pour cette étape. Cependant, les paysages sont époustouflants, vous longerez le Marsyangdi Khola, rivière magnifique à l'eau turquoise! 
Nous aurons mis 5h30. Concernant les lodges, les prix sont de plus en plus élevés au fur et à mesure que vous montez. Pareil pour la nourriture, le dhal bat est difficilement trouvable en dessous de 500 roupies et les plats proposés ne sont pas terribles. Ils profitent du fait que les trekkeurs sont obligés de se sustenter. Dans ce village vous devrez de nouveau montrer votre TIMS aux gardes (c'est sur la route à la fin du village). 




Quatrième jour:

Nous démarrons encore une fois très tôt, plus tôt que les autres jours car nous avons passé une nuit difficile, pas beaucoup dormi, un coq qui hurle depuis 3h du matin, on  donc décidé d'arrêter le massacre à 6h et de se lever pour démarrer cette nouvelle journée. De nouveau pas de petit déjeuner, nous préfèrons manger en marchant. 
Le but aujourd'hui étant de marcher jusqu'à Chame, on en dit que ce village est plus "grand" et plus habité. Nous nous réjouissons de l'atteindre. Les paysages pour l'atteindre sont vraiment beaux, des montées, des descentes. Le sac pèse, il pèse énormément mais on s'accroche au mental et on continue. Nous mettrons plus ou moins 5h, nous ne faisons pas beaucoup de pauses. Chame est effectivement plus grand, il y a énormément de lodges, nous finissons par nous arrêter au milieu du village et l'hôte nous propose un prix de 300 roupies pour la nuit et promet de l'eau chaude, nous posons donc nos sacs et décidons d'y dormir. Nous sommes ravis du choix car notre hôte est très gentille et a l'envie de nous faire plaisir. 
Le village est vraiment pas mal et plusieurs petits endroits vous permet de vous restaurer, nous avons acheté quelques biscuits pour le reste du voyage ainsi que quelque boissons (soyez tout de même vigilents sur les dates car grand nombre des aliments sont périmés!), nous avons même craqué pour des bonnets faits mains. 


Cinquième jour: 
A l'aube du cinquième jour, la fatigue se fait doucement ressentir mais on ne lâche rien et nous partons jusqu'à Pisang. Ce jour là nous avons fait plusieurs pauses car le chemin est vraiment ardu. Il a neigé et avec le soleil tout fondait en laissant une boue sur son passage. L'état des chemins ainsi que les montées de plus en plus difficiles avec le poids de nos sacs deviennent compliqué. Cela nous prendra dans les 5h30 avec les pauses. 
On a souvent l'impression qu'on n'arrivera jamais à Pisang, mais à 30 minutes de l'arrivée nous croisons des Yaks et ça, ça nous donne un regain d'énergie. Nous avons même eu la surprise de voir un bébé.
Cette petite pause pour les photographier nous fait du bien, et se rendre compte que nous approchons nous booste considérablement. Le village n'est pas si grand, mais il est vraiment pas mal, on s'y sent bien! Nous décidons de nous arrêter quelque part pour manger à la base et ce fut tellement bon que nous y logerons pour la nuit. Le dal Bhat coûte de nouveau 500 roupies mais nous ne rechignons même pas à payer car la qualité est juste top!


Sixième jour:

On part tôt encore une fois, mais là on voit les choses différemment car nous voulons atteindre Manang dans le but d'y rester 2 nuits avant de continuer le trek, cela nous permet d'aborder cette journée d'un autre angle. Nous passons devant la piste d’atterrissage de Humde. Nous descendons beaucoup pour finalement remonter, mais cela reste agréable car nous assistons à un paysage assez "lunaire", différent de ce qu'on a vu jusqu'à maintenant. Nous décidons de nous arrêter une quinzaine de minutes et de prendre un bon chocolat chaud. Il fait plus froid ce jour, ça nous fait du bien une petite pause autour d'une boisson chaude. 
Nous distinguons Manang au loin et sur la gauche un spectacle epoustoufflant, vous pourrez admirer les Yacks ainsi qu'un nombre incalculable de chevaux. La montée pour arriver au village fait mal mais on est tellement satisfaits d'arriver! 
La première chose que l'on remarque et retient, c'est les sortes de petites boulangeries improvisées qui vendent des pains à la cannelle ou encore au chocolat. On a déjà une petite idée de ce que nous allons déjeuner le lendemain ;-). Nous aurons mis 5h pour atteindre Manang. Nous constatons que nous sommes beaucoup à décider de nous arrêter à Manang. Nous n'aurons jamais vu autant de trekkeurs que là bas, et de toutes les nationalités confondues.

Septième jour: 

Aujourd'hui nous décidons de faire une petite pause, mais une pause chez nous ne signifie pas rester au village et profiter de ne rien faire. Non, nous profitons de ce jour pour aller jusqu'à l'Ice Lake qui culmine aux 4600 mètres d'altitude. Nous montons dans un premier temps facilement, pas trop de neige, chemin ardu mais ça va. 
Malheureusement ce ne fut pas le cas pour tout le trajet et nous commençons à avoir pas mal de neige. Nous arrivons à une petite maison qui vous permet de faire une pause autour d'un thé chaud. Nous décidons d'acheter juste de l'eau car le soleil tape beaucoup et cela nous déshydrate vite. Arrivés à 4000 mètres je commence à ressentir un gros mal de tête mais je mets ça sur le compte du soleil qui nous tape franchement bien sur le crâne. 
Nous arrivons finalement au bout mais nous ne voyons pas grand chose car la neige nous empêche de contempler le paysage. Nous avons tout de même une très belle vue mais loin de ce que nous nous attendions par rapport aux photos vues sur le net. Nous sommes malgré tout fiers de nous de l'avoir fait et on redescend jusqu'à Manang pour nous reposer avant de continuer notre ascension.

Huitième jour: 

La nuit d'avant fut difficile pour moi car mon mal de tête n'a pas cessé malgré les médicaments et les nausées ont commencées. Malgré tout, je décide de ne pas perdre une journée de plus à rester à Manang et nous commençons le jour avec pour objectif d'atteindre Letdar. Avant dernière étape avant le col Thorong La. Le chemin me paraît interminable, le mal de tête s'intensifie chaque heure et cela malgré les dafalgans accumulés. Je commence a franchement me tracasser quant au reste du trekking. Tout est décuplé lorsque vous avez une douleur aussi forte. Le sac me pèse encore plus. C'est difficile mentalement, mais je m'accroche et nous atteignons Letdar, non sans mal après 5 heures de marche et plusieurs arrêts.
C'est très petit, il ne vous est possible de dormir qu'à deux endroits différents, nous nous dépêchons de prendre une chambre pour que je tente de me reposer. Rien n'y fait, ni la nourriture, ni l'eau, ni les médicaments. Je commence à me demander si mon mal de tête ne serait pas lié à l'altitute et au mal des montagnes. Je redoute que ma douleur ne passe pas. 
Pas de chance pour moi, rien n'y fait. Aucun moyen de me reposer avec ce mal de tête. Nous pensons à redescendre dans la journée jusqu'à Manang mais il était déjà tard et je ne me sentais pas de repasser 4h à redescendre tout ce que nous venions péniblement de monter. 


Neuvième jour: 

Impossible de dormir de la nuit. A 5h je me lève et nous prenons la terrible décisions de redescendre sur Manang, inutile de tergiverser durant des heures sur la cause de mon mal de tête, j'avais une chance sur deux que tout se passe bien et non, j'avais bel et bien le mal des montagnes, cela avait déjà commencé lors de la montée jusqu'à l'Ice Lake, ce n'était pas le soleil mais l'altitude qui me faisait souffrir à ce point. 
Ce fut très compliqué pour nous de nous résigner à abandonner alors que nous étions à une seule étape de la fin. Mais cela ne servait à rien de continuer dans cet état!! 
Nous avons mis 3h30 pour retourner à Manang, nous décidons une fois arrivés de nous renseigner sur les jeeps pour redescendre jusqu'à Besi Sahar, point de départ, car nous avions du mal à digérer le fait de redescendre exactement tout ce que nous avions eu si difficile à gravir jusque là. Malheureusement plus de jeeps prévues pour la journée, mais l'hôte chez qui nous décidons de passer la nuit nous assure que le lendemain à 7h, plusieurs jeeps démarrent pour redescendre. Cela nous oblige donc à rester une journée de plus sur Manang, mais nous ne regrettons pas car cela nous laisse l'opportunité d'aller découvrir un magnifique petit lac (je ne me souviens pas du nom), et de nous balader dans la vallée où nous avions vu tous les yaks. Je crois que c'est la plus belle journée que j'ai passée depuis le début du trek!

Dixième jour:

Nous voilà partis pour redescendre en jeep. Nous sommes un petit groupe à vouloir redescendre, nous partageons tous la même déception, car pour la plupart la raison est la même que la nôtre. Nous prenons environs 5h-6h pour atteindre Besi Sahar, nous devons montrer de nouveau nos papiers pour signaler où nous nous trouvons (cela peut éviter de gros problèmes si jamais il vous arrive quelque chose durant le trek, ils peuvent ainsi savoir, grâce à ces checks point, dans quelle zone vous vous trouvez). 
Nous passons la nuit à Besi Sahar vu l'heure à laquelle nous sommes arrivés après ce long voyage en jeep et décidons de reprendre un bus le lendemain pour rejoindre Pokhara. Nous partageons tous les deux une énormé déception de n'être pas allés jusqu'au bout, mais nous sommes tout de même fier d'être allés jusque là. Je vous conseille, si vous avez les mêmes symptômes de ne pas tenter le diable car cela peut s'avérer être dramatique si vous n'écoutez pas votre corps. Le mal des montagnes touche beaucoup de monde et nous ne pouvons pas, par avance, savoir si cela nous arrivera ou non. 
Nous avons passée 9 merveilleux jours, nous nous sommes surpassés. On a vécu tout ça à deux et nous ne changerions rien si nous le pouvions, hormis le fait de pouvoir terminer le trek. Nous gardons en tête l'envie de le retenter, plus tard. 
Bon trek à tout ceux qui veulent tenter l'aventure!! Nous vous le conseillons à 100 pourcents!


jeudi 31 août 2017

Focaccia façon pizza à l'ajvar, mozzarella et olives noires.

Et oui, j'ai une relation particulière avec le pain. Toute sorte de pains! Je pourrais me nourrir exclusivement de ça! Bon, le côté moins drôle c'est qu'il n'est pas un allié minceur. 
Ceci dit, c'est un plaisir pour moi de cuisiner et de tester des nouveautés. 
Aujourd'hui je vous propose une focaccia aux olives noires, agrémentées d'ajvar (condiment originaire des Balkans - nous sommes partis de nombreuses fois dans les Balkans et nous en sommes réellement tombés amoureux - c'est à base de poivrons, de piment et d'ail. Ici j'ai acheté de l'ajvar tout fait, mais je compte vous proposer une recette maison prochainement), de mozzarella et d'olives noires. 

Pour la recette, je vous propose de suivre les instructions de ma recette de focaccia au gros sel et romarin, mais au moment où vous mettez le romarin dans la pâte, vous devez le remplacer par les olives noires. Vous pouvez couper en petits morceaux 8 olives noires et les parsemer dans la pâte avant de la faire pousser. Pour le reste, suivez chaque étape de la recette normale. 
Ingrédients pour la garniture: 

7 olives noires coupées en deux
1 boule de mozzarella 
Une poignée de graines de sésame
1 petit pot d'Ajvar (vous pouvez remplacer par du coulis de tomate)

Préchauffez votre four à 200°C. 
Une fois la pâte levée, étalez là sur une plaque garnie de papier sulfurisé et laissez là reposer de nouveau 15 minutes. 
Badigeonnez ensuite la pâte d'ajvar, vous pouvez être généreux! Coupez des rondelles de mozarella que vous dispercerez sur le dessus, saupoudrez de graines de sésames et des olives noires. Enfournez ensuite pour une vingtaine de minutes. 
Dégustez chaud. Vous pouvez également couper la focaccia en deux et la garnir de fromage, de roquette ou de jambon par exemple (et pourquoi pas tout en même temps...).
A bientôt pour de nouvelles aventures... gourmandes!


vendredi 25 août 2017

Notre Trekking au Népal; Tour des Annapurnas Part I.

Nous avions choisi la destination du Népal dans le but d'y faire le tour des Annapurnas. Un trek qui dure entre 10 et 20 jours dépendant de ce que vous désirez faire après le passage du col Thorong-La. 
Afin de pouvoir faire ce trek, nous avons du faire plusieurs papiers. Pour cela vous devez vous rendre à un touriste center (pour trekker) situé près du Ratna Park. Là bas vous devrez remplir un document avec vos informations et ce que vous désirez faire. Vous devrez fournir 4 photos d'identité en tout. Vous devez payer deux choses; L'entrée du parc et le permis de trekker (TIMS) dans le secteur de l'annapurna. En tout comptez 80$ par personne! Ils vous fourniront une carte verte avec votre photo (TIMS) ainsi qu'un autre document qu'il faudra bien conserver car on vous le demandera régulièrement durant tout le trek. (Il n'est pas forcément évident de comprendre dans quel ordre faire les choses une fois arrivés à l'office, mais pour ces deux papiers, il faut se présenter à deux bureaux différents. N'hésitez pas à demander au personnel dans quel ordre faire les choses). 
Avant de vous parler du trek, je vais vous parler de quelque chose de très important pour le réaliser: Le sac que vous porterez!
Je vous conseille un sac à dos de 60L. Ce que je vous conseille c'est de l'aléger un maximum. On fait tous l'erreur de vouloir prendre plus que besoin en pensant "au cas où" mais pour l'avoir vécu, je peux vous dire que le plus dur dans ce genre de trek, c'est le poids de votre sac, donc vous préfèrerez n'avoir que 2 t shirts à laver chaque jour que d'en porter 10 qui vous pèseront. 
Ce que nous avons emporté avec nous: Un sac de couchage chacun, une paire de bâtons de marche (vous pourrez en trouver là bas à des prix raisonnables comparé à chez nous mais méfiez vous des arnaque et surtout faites plusieurs boutiques avant d'acheter quoi que ce soit, car vous trouvez toujours moins cher et surtout n'hésitez pas à marchander un maximum!!!), 5 t shirts, 8 sous vêtements, chaussettes chaudes, 1 short, 1 pantalon, 1 veste pour la pluie, bonnet et gants, une paire de baskets de marche (le mieux est peut-être d'emporter une paire de chaussures de marche mais elles sont relativement grosses et lourdes et je préfère largement marcher en bonne paire de basket), trousse de toilette - brosse à dent - savon - shampoing - dentifrice - gant de toilette - protection solaire - baume à lèvre et antisceptique). La chose à emporter impérativement: Des lingettes humides (ca sera un allié de taille là haut, croyez moi). Nous nous sommes servis de tout là bas.  Le petit plus qui dépanne: les Immodium et/entérol ainsi que des Dafalgans et/ou Ibuprofene
J'ai bien sûr ajouté à cela mon apparaeil photo avec deux objectifs. Il faut le vouloir, car le poids de l'appareil photo n'est pas négligeable mais pour moi il était impossible de faire un pareil trek sans l'emmener. 
Nous commençons donc l'aventure en prenant un bus de Kathmandou jusqu'à Dumre (l'hôtel où nous étions a fait le necessaire pour nous, nous n'avions donc plus qu'à nous rendre à la gare des bus pour 6h30. Cependant, le coût demandé était plutôt élevé, essayez toujours de négocier car je le répète, ce pays est le meilleur en terme d'arnaques! Nous avons payé 800 roupies chacun, ce qui fait plus de 6€. Et avons du payer encore 200 roupies chacun au conducteur à Dumre). Le trajet durera un peu plus de 5h. De Dumre, nous avons eu un bus directement pour Besi Sahar. Le trajet fut tumultueux. Nous étions secoués dans tous les sens, le conducteur avait mis de la musique Népalaise à fond tout le long du chemin mais nous sommes finalement arrivés dans les environs de 16h décidons donc d'y dormir et de commencer le trek le lendemain, sachant que le soleil se couche dans les alentours des 18h15. 

video

L'hôtel où nous nous arrêtons (8€ la nuit) est très vétuste. La "salle de bain" ou devrais-je dire salle d'eau est dans un état déplorable. Pas d'eau chaude, toile d'arraignées partout, WC très sale. Internet de nouveau médiocre (mais on ne comptait déjà plus dessus donc on ne s'y est pas trop attardé). Le personnel de l'établissement était plus qu'antipathique et faisait semblant de ne pas comprendre l'anglais lorsque cela les arrangeaient. Ils nous demandaient de payer pour notre papier toilette. Un comble quand on paye déjà une chambre plus que ce qu'elle n'en vaut! (Je vous le dis, les lingettes seront vos alliées ;))

Pour manger, vive les arnaques! Ils augementent leur prix du double comparé à la capitale, car ils savent que les voyageurs n'ont pour la plupart pas le choix que de rester une nuit là bas, donc ils en profitent! Nous avons aussi eu droit à notre première coupure de courant (et cela pendant le repas), qui s'est produite à 3 reprises. 
Afin de ne pas faire des articles de 700 lignes qui vous décourageront de lire, je vous propose un autre article avec le compte rendu de notre trek en entier.